Resurrection


’’’Résurrection’’’est un rosier créé par Michel KRILOFF pour le trentième anniversaire de la libération du camp de Ravensbrück à la demande de l’amicale Française du camp.

En 1975, cette rose, multipliée, va être plantée dans des centaines de lieux, au pied de monuments, de Mémoriaux, dans des jardins du souvenir.

JPEG - 45.2 ko
Cimetière du père Lachaise - Paris Parterre des rosiers Résurrection

Une déportée du camp de concentration de Ravensbrück trouve un moyen pour survivre.Comme toutes les déportées elle est astreinte au travail forcé, vétue de loques,elle a faim, elle a froid. Une nuit, couchée sur une paillasse infestée de vermine elle rêve à un bouquet de roses.

un rêve …..créer une rose –symbole féminin –symbole de paix et de souvenir de l’horreur vécue
Trente années se succèdent … le rêve se concrétise en 1975

- Le O5-O7 1973, L’amicale de Ravensbrück lance un appel aux créateurs de roses , un poème leur est destiné pour une rose créée pour celles qui sont restées à Ravensbrück de la part de celles qui sont revenues « une rose couleur d’éternité peut être avec des reflets d’or »

- Le 29-O4 1974 Monsieur Michel KRILOFF est sollicité directement- il donne son accord.
- Le 22-O6 1974 Lors du Conseil d’administration de l’Amicale de Ravensbrück, les déportées parrainent officiellement la rose qui va naître « Résurrection ».

Marcelle DUDACH –ROSET écrira un texte : "…il me fallait choisir une rose".

JPEG - 189.6 ko

Pour cette création Michel KRILOFF utilise deux roses :

  • la première ne porte qu’un matricule,
  • la deuxième s’appelle " Difforme".

C’est donc une symbolique très forte qu’il utilise pour cette nouvelle rose.

Catégorie : Variété horticole moderne (Hybride de Thé).

Dénomination variétale : KRIlexis.

Feuillage : Feuillage vert brillant aux folioles arrondies.

Fleurs : des grandes fleurs qui produisent un doux parfum, ont révélé leur poésie sous la plume de Marcelle Dudach-Roset : « Elle naît en bouton rouge. Puis lentement s’éveille, s’entrouvre. Pétale par pétale, elle laisse filtrer ou plutôt libérer de pâles touches de soleil. Elle reste ainsi longtemps, rose d’or atténué, auréolé par le rouge du bouton floral pour s’épanouir en rose éclatant. Un rose qui aurait voulu garder du rouge primordial. »

Floraison : de juin à septembre. Remontant.

Développement : moyen - 0,80 m de haut.

Emplacement : Convient de soleil à mi-ombre.

Obtenteur : Michel KRILOFF.

Année de commercialisation  : 1975.

Récompenses :

1976 - Prix spécial du jury, Médaille de bronze SNHF (Société nationale d’horticulture de France)

1977 - Médaille d’argent, prix d’horticulture de Haute Picardie Ville de Saint Quentin (Aisne)

Pour le trentième anniversaire Résurrection va semer la paix aux quatre coins de France, et d’ailleurs au pied de monuments, dans les espaces de souvenirs, et diffuser le message « plus jamais le fascisme, plus jamais la guerre »

Résurrection va vivre, se multiplier, sous le regard vigilant de toutes les déportées qui ont portées ce fabuleux projet jusqu’à l’éclosion de celui-ci.

Les années passent.....

2OO5 Soixantième anniversaire de la libération des camps …Résurrection est de nouveau sollicitée pour être plantée sur de nouveaux lieux de mémoire, et, consternation , il en reste très peu pour la vente.

En 2OO6, la société qui commercialisait le rosier ne le diffuse plus, n’ayant plus de demande suffisante, la licence n’a pas été renouvelée, et pour le soixantième anniversaire de la libération des camps de concentration les commandes n’ont pu être satisfaites ….

2OO8-2OO9 des élèves d’un lycée Horticole de Guérande relèvent le défi de Christiane CABALE, déportée venue témoignée, de faire renaître à nouveau Résurrection pour qu’au soixante cinquième anniversaire de nouvelles Villes plantent le rosier de l’espérance Résurrection.

JPEG - 150.3 ko

Au sein de ce lycée émerge un projet pédagogique unique. Les élèves décrochent l’autorisation de multiplier par 2OO, seulement 2OO qui ne pourront être vendus mais replantés dans des lieux symboliques.

Après l’autorisation de l’éditeur, il faut faire la course contre la montre pour récupérer des rosiers – des branches de rosiers à la bonne saison-ce qui fut fait le mercredi 3 septembre 2OO8 à Sainte Geneviève des Bois(Essonne) par Alain- Ces branches envoyées par la poste dans les conditions très précises édictées par les professeurs du Lycée sont arrivées à Guérande où les élèves attendaient pour greffer- ce fut l’écussonnage…. Le plus long sera l’attente courant mars 2OO9.

Cet écussonnage réussi, symbole de vie, la chaine de solidarité qui s’est mise en place est un exemple que la jeunesse sait relever des défis pour des valeurs qu ont toujours été au cœurs des témoignages des déportées.

Aujourd’hui, Résurrection continue à vivre, à porter le message de vigilance des déportée de Ravensbrück.

Les roseraies Orard produisent et vendent la rose des déportées, Résurrection

PDF - 3 Mo
Mis à jour : mardi 31 décembre 2013