Racisme, le seuil de l’intolérable a été franchi.


L’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (AFMD) inquiets et révoltés par cette banalisation d’agressions à caractère
raciste et par les pratiques discriminatoires insupportables et ignominieuses
encore actives à notre époque, condamne les propos racistes de ces dernières semaines. Le seuil de l’intolérable a été franchi.

Fidèles à la mémoire des résistants et des déportés qui ont lutté pour la liberté et la dignité de la personne humaine, nous demandons au gouvernement et au Parlement de prendre leurs responsabilités et de faire le nécessaire pour que cessent ces démonstration de haine de l’autre et ces tentatives de banalisation de comportements et de paroles insupportables et inadmissibles.

Au-delà des personnes visées, c’est la République française dans son ensemble qui est atteinte. Une République qui rappelle dans le préambule de la Constitution de 1946, écrite et adoptée à l’issue des drames de la Seconde Guerre mondiale, que "tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés". Une République qui affirme que les êtres humains doivent "agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité" selon les termes de la Déclaration universelle des droits de l’homme votée à Paris en 1948 et ratifiée par la France.

C’est pourquoi l’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (AFMD) soutient et appellent tous les citoyens à participer aux marches citoyennes et contre le racisme le 30 novembre 2013.

PDF - 36.2 ko
Mis à jour : mercredi 20 novembre 2013