Neuengamme


Le KL Neuengamme se situe à environ 25 kilomètres au sud-est de Hambourg, sur la rive droite de l’Elbe, dans une région marécageuse et plate.

Le commandement SS décide d’y réactiver une briqueterie désaffectée et d’implanter un camp de concentration.

Le premier [1] de travail, constitué d’une centaine de droit commun venant du KL [2], arrive sur le site le 13 décembre 1938.

Le 29 février 1940, arrive un deuxième transport d’environ 120 détenus politiques et témoins de Jéhovah employés à la construction du nouveau camp. Le 4 juin, les détenus, au nombre d’un millier, sont transférés au nouveau camp de détention. Dès lors, le camp de Neuengamme cesse d’être un Kommando de Sachsenhausen et devient un camp autonome.

Le camp central de Neuengamme est un camp d’hommes. Cependant, plus de vingt Kommandos extérieurs de femmes sont créés à partir de 1944 et lui sont administrativement rattachés.

Au total, on estime que 106 000 personnes, dont 13 500 femmes, ont été déportées au KL Neuengamme et dans ses Kommandos extérieurs de travail.

Plus de vingt nationalités sont représentées parmi les effectifs du camp, en premier lieu des Soviétiques (34 350), des Polonais (16 900), des Français (11 500), des Allemands (9 200), etc., pour la plupart opposants aux nazis.

Au camp central, les détenus sont employés dans plusieurs types d’activités : extraction et transport de la glaise, production d’éléments préfabriqués en béton, chargement et déchargement des péniches et des wagons, travail à la briqueterie. Les autres Kommandos internes se répartissent entre les ateliers de fabrication de matériels et d’armement installés dans l’enceinte du camp, dont ceux de la DAW (2 500 détenus) ou de la Metallwerke Neuengamme (800 à 1 000 détenus).

Quelque quatre-vingt Kommandos extérieurs du KL Neuengamme sont disséminés essentiellement dans l’Allemagne du nord-ouest. Des Kommandos importants sont créés : dès octobre 1942, à Drütte, pour la production de munitions (plus de 2 000 hommes) ; en mars 1943, sur l’Île d’Aurigny-Alderney, pour construire des fortifications (1 000 hommes) ; en juin et juillet 1943, à Bremen-Farge pour construire la base sous-marine Valentin (2 000 hommes) et à Hannover-Stöcken pour produire des accumulateurs de sous-marins (1 500 hommes).

Les travaux de forces prévales dans tous les autres Kommandos extérieurs : déblaiements, terrassements, fortifications, production de munitions, matériel militaire, etc. A partir de mars 1945, ces Kommandos deviennent prépondérants dans les effectifs avec 40 000 détenus contre 14 000 entassés au camp central.

Le nombre de Français qui ont été immatriculés au KL Neuengamme est d’environ 11 500 : 11 000 hommes et 500 femmes.

Pour leur majorité, ils font partie de cinq grands transports acheminés directement de France vers Neuengamme. Les quatre premiers partent du camp de Compiègne-Royallieu respectivement les 21 mai 1944 (plus de 2 000 hommes), 4 juin (un peu plus de 2 000 hommes), 15 juillet (plus de 1 500 hommes) et 28 juillet (plus de 1 600 hommes). Le dernier transport (plus de 700 hommes), enfin, part de Belfort-Fort Hatry le 29 août 1944.
Les autres Français ont été transférés d’autres camps de concentration, comme les femmes de [3] affectées à des Kommandos extérieurs de Neuengamme. Enfin, au moins 200 Français ont été internés au KL Neuengamme après une arrestation sur le territoire du IIIème Reich.

A partir de mars 1945, l’avance des Alliés contraint les SS à évacuer les camps de concentration. Les Kommandos extérieurs, puis le camp central de Neuengamme sont évacués au cours de « marches de la mort » et de transports meurtriers vers [4], Sandbostel (Stalag X B), Wöbbelin, Gardelegen et la baie de Neustadt.

Le camp central de Neuengamme est évacué à partir de la mi-avril.

Les déportés restants sont transférés vers Lübeck, puis embarqués sur des navires : le Cap Arcona (4 600 hommes), le Thielbeck (2 800 hommes) qui gagne la haute mer, et l’Athen (2 000 hommes) qui fait un retour imprévu à quai pour charger de nouveaux détenus. Le 3 mai 1945, des avions britanniques, trompés sur la nature des transports, attaquent les navires en baie de Neustadt. Le Thielbeck est coulé, le Cap Arcona en feu chavire et finit par sombrer. De ces deux bâtiments, il n’y a que 450 à 500 survivants. L’Athen quant à lui est pratiquement épargné.

Les troupes britanniques qui pénètrent dans le camp de Neuengamme le 5 mai 1945, trouvent un camp vide.

Sur les 106 000 déportés au KL Neuengamme et dans ses Kommandos, on estime le nombre des morts à 55 000, dont plus de 7 000 Français. Plus du quart des déportés décédés ont péri durant les toutes dernières semaines de leur déportation, au cours de leur évacuation (15 000 morts et disparus dont 7 000 en mer).

Equipe du Livre-Mémorial
Les Kommandos de Hambourg

·BLOHM & VOSS - sur le port, rive droite de l’Elbe. Constructions navales et déblaiement.
·BULLENHUSER DAMM - au sud-est de la ville. Déblaiement, récupération de matériaux de construction.
·DESSAUER UFER/VEDDEL - sur le port, au sud de la ville (Hommes). Déblaiement, creusement de fossés anti-chars, production de carburant.
·DESSAUER UFER/VEDDEL - sur le port, au sud de la ville (Femmes). Déblaiement, production de carburant.
·DEUTSCHE WERFT (Finkenwerder) - sur le port, rive gauche de l’Elbe, à l’ouest. Chantiers navals, déblaiement, déminage.
·EIDELSTEDT - au nord ouest de la ville (Femmes). Production de munitions, déblaiement et construction.
·FUHLSBÜTTEL - au nord de la ville. Prison de police (Gestapo). Déblaiement sur le port. Fossés anti-chars.
·HOWALDTWERKE - rive droite de l’Elbe. Chantier naval, déblaiement.
·LANGENHORN - au nord de la ville (Femmes). Fabrication de fusils et de munitions, construction de logements provisoires.
·NEUGRABEN - au sud de Hamburg et ouest de Harburg. (Femmes). Déblaiement et construction, tuilerie.
·POPPENBÜTTEL et SASEL - au nord-est de la ville (Femmes). Construction de plaques de béton, déblaiement.
·SPALDINGSTRASSE - au sud-est de la ville. Bâtiment, déblaiement, réparation de chemins de fer, constructions navales.
·SPRINGKOMMANDO BRACKDAMM - en ville. Recherche et dégagement de bombes non éclatées.
·STÜLKENWERFT - sur le port, rive gauche de l’Elbe. Sous-K° de Spaldingstrasse. Bâtiment, déblaiement, constructions navales.
·TIEFSTACK - sur le port, au sud-est (Femmes). Constructions mécaniques, cimenterie, fossés anti-chars.
·VEDDEL - rive droite de l’Elbe, 20 km ouest de Hamburg. (Femmes). Travaux de déblaiement.
·VEDDEL - rive droite de l’Elbe, 20 km ouest de Hamburg. (Hommes). Creusement de fossés anti-chars.
·WANDSBEK - à l’est de la ville (Femmes). Fabrique de masques à gaz.

Kommandos de la région de BREMEN (Brême) - 9 Kommandos

Au Kommando de Bremen-Farge, la Kriegsmarine (marine de guerre allemande) emploie plus de 10 000 hommes, dont 3000 déportés, pour la construction d’un immense "Bunker" en béton, le "Bunker Valentin", destiné à abriter l’assemblage de sous-marins. Le taux de mortalité est très élevé.

·BLUMENTHAL - nord-ouest de Brême, sur la Weser. Chantiers navals.
·BORGWARD-WERKE - en ville. Construction automobile.
·FARGE "VALENTIN" - nord-ouest de Brême. Construction du Bunker de la base sous-marine Valentin. (Nombreux Français).
·HINDENBURGKASERNE - en ville. (Femmes). Constructions, déblaiement, plaques de béton préfabriquées.
·HORNISSE (RIESPOTT) - KRIEGSMARINE - nord-ouest. Déblaiement, construction bunker pour sous-marins et évacuations de scories.
·LÜBBERSTEDT - nord de Brême. (Femmes). Fabrication de munitions pour défense aérienne.
·OBERNHEIDE - en ville. (Femmes). Constructions, déblaiement.
·SCHÜTZENHOF - sud-est de Brême. Chantiers navals.
·UPHUSEN (BEHELFSWOHNBAU) - sud-est de Brême. (Femmes). Déblaiement, plaques de béton pour logements provisoires
Région de HANNOVER (Hanovre) - 7 Kommandos

·AHLEM - à l’ouest de la ville. Usine de munitions, déblaiement, construction galerie souterraine, blindage et machines pour chars.
·LINDEN MÜHLENBERG - au sud-ouest de la ville. Construction de moteurs d’automobiles et de canons.
·LANGENHAGEN - au nord de Hanovre, à l’est de l’aérodrome. (Femmes). Fabrication d’éléments pour avions et réparations.
·LIMMER (CONTINENTAL) - à l’ouest de la ville. (Femmes). Fabrication de masques à gaz.
·MISBURG - à l’est de la ville. Déblaiement et production de carburant.
·STÖCKEN (ACCU) - au nord-ouest de la ville. Fabrication d’accumulateurs de sous-marins (Accumulatorenfabrik).
·STÖCKEN (CONTI) - au nord-ouest de la ville. Fabrication de caoutchouc pour pneus d’avions et autos. (Continental Gummi-Werke).

Région de BRAUNSCHWEIG (Brunswick) - 9 Kommandos

·BÜSSING NAG - centre ville. Usine de camions, déblaiement, terrassement et construction. (Annexe à VECHELDE).
·BRAUNSCHWEIG SS-REITSCHULE - en ville. (Femmes). Déblaiement.
·SALZGITTER BAD - Salzgitter. (Femmes). Fabrication de grenades et obus.
·SALZGITTER DRÜTTE - Salzgitter. Usines Hermann Göring. Production de munitions, obus, grenades.
·SALZGITTER WATENSTEDT - Salzgitter. (Hommes). Production de bombes et obus. Entretien aciérie Stahlwerke Braunschweig.
·SALZGITTER WATENSTEDT - Salzgitter. (Femmes). Fabrication de munitions, firme Stahlwerke Braunschweig.
·SALZGITTER GEBHARDSHAGEN - à l’ouest de Salzgitter. Extraction de minerai dans une mine de fer.
·SCHANDELAH - à l’est de Braunschweig. Raffinerie Steinöl. Exploitation de schistes bitumineux.
·TRUPPENWIRTSCHAFTSLAGER - en ville de Braunschweig. Construction d’une baraque-bureau pour les SS, magasins de l’armée.
Région de MINDEN - PORTA-WESTFALICA - 5 Kommandos

·BARKHAUSEN PORTA - au sud de Minden, ouest de la Weser. Nivellement, galeries de mines : construction d’avions.
·HAUSBERGE PORTA - sud de Minden, est de la Weser. (Hommes). Construction d’une usine aéronautique souterraine et d’une raffinerie.
·HAUSBERGE PORTA - sud de Minden, est de la Weser. (Femmes). Fabrication et montage de lampes radio dans une usine souterraine.
·LERBECK PORTA - à l’est de Minden. Réparation de moteurs d’avions et de chars.
·NEESEN - au sud-est de Minden. Travaux en cimenterie

Région du SCHLESWIG-HOLSTEIN - 9 Kommandos

·HUSUM-SCHWESING - à l’ouest du Land. Creusement de fossés anti-chars dans la zone côtière marécageuse (Frisenwall).
·KALTENKIRCHEN et NÜTZEN - au nord de Hambourg. Terrassement et aménagement d’un aéroport pour la Luftwaffe.
·KIEL SPRINGKOMMANDO - périphérie de Kiel. Dégagement de bombes non explosées. Déblaiement.
·LADELUND - à l’ouest de Flensburg (4 km du Danemark). Creusement de fossés anti-chars et construction d’abris (Frisenwall).
·LÜTJENBURG HOHWACHT - est de Kiel. Fabrication d’appareils de navigation pour la Luftwaffe.
·MÖLLN-BREITENFELDE - 40 km à l’est de Hambourg. Direction SS du bâtiment de Mölln, travaux dans une scierie.
·NEUSTADT in HOLSTEIN - nord de Lübeck. Construction de baraques pour hôpital militaire de la SS.
·WEDEL - 20 km à l’ouest de Hambourg, rive droite de l’Elbe. (Hommes). Creusement de fossés anti-chars
·WEDEL - 20 km à l’ouest de Hambourg, rive droite de l’Elbe. (Femmes). Déblaiement.

Région de BASSE-SAXE (NIEDERSACHSEN) - 10 Kommandos

·ALT GARGE et BARSKAMP - au sud-est de Hambourg. Terrassement, construction d’une centrale électrique.
·FALLERSLEBEN-LAAGBERG - au nord-est de Braunschweig. (Hommes). Travaux de terrassements (dans la glaise) et de construction pour les usines Wolkswagen.
·FALLERSLEBEN et WOLFSBURG - au nord-est de Braunschweig. (Femmes). Travaux pour les usines Wolkswagen.
·GOSLAR - 50 km au sud de Braunschweig. Direction SS du bâtiment.
·HELMSTEDT-BEENDORF - à l’est de Braunschweig. (Hommes). Installation d’usines souterraines dans une mine de sel.
·HELMSTEDT-BEENDORF - à l’est de Braunschweig. (Femmes).Travail pour l’aéronautique dans une usine souterraine (mine de sel).
·HILDESHEIM - au sud-est de Hanovre. Terrassements pour les chemins de fer allemands. Mines de plomb.
·HORNEBURGE - sud-ouest de Hambourg. (Femmes - 2 Kommandos). Fabrication de lampes radio. Travaux dans un atelier de cuir.
·SALZWEDEL - nord-est de Braunschweig. (Femmes). Tréfilerie, câbles. Fabrication de mines et munitions.
·UELZEN - 70 km au nord de Braunschweig. Terrassement pour chemins de fer allemands, réparation de voies.
De la WESER à l’EMS - 6 Kommandos

·AURICH-ENGERHAFE - entre Weser, à l’est et Ems à l’ouest. Fortifications et creusement de fossés anti-chars.
·LENGERICH - au sud-ouest d’Osnabrück. Construction d’une usine souterraine d’aviation (chasseurs).
·MEPPEN-DALUM - dans l’Elmsland, près de frontière hollandaise. Construction d’ouvrages défensifs et de fossés anti-chars.
·MEPPEN-VERSEN - dans l’Elmsland, près de frontière hollandaise. dans l’Elmsland, près de frontière hollandaise.
·VERDEN - au sud-est de Brême, rive droite de la Weser. Construction d’un centre de formation SS. Réparations.
·WILHELMSHAVEN-KRIEGSMARINE - nord-ouest de Brême, sur la mer du Nord. Chantiers navals, déblaiements. (Nombreux Français).

Région de MECKLEMBURG-BRANDEBURG - 5 Kommandos

.BOIZENBURG - au sud-est de Hambourg. (Femmes). Fabrication d’éléments pour avions et navires.
·DÜSSIN - Au sud-est de Scwherin. Travaux de ferme.
·GARLITZ - Au sud-est de Scwherin. Travaux pour la SS.
.WITTENBERGE - au sud de Ludwigslust, rive droite de l’Elbe. Construction d’une usine chimique. Usine de cellulose et de fibranne.
.WÖBBELIN - nord de Ludwigslust. Construction d’un camp pour P.G. Point de convergence de nombreux convois d’évacuation. Devient mouroir pour les déportés évacués, en avril 1945.
Sur la Baltique - 2 Kommandos :
DARSS-WIECK - péninsule au nord-est de Rostock. Travaux de découpe.
DARSS-ZINGST - péninsule au nord-est de Rostock. Travaux de découpe.

BAUBRIGADEN (équipes volantes)

·1ère SS BAUBRIGADE - ALDERNEY - Ile anglo-normande d’Aurigny. Construction de fortifications et bâtiments.

·2ème SS BAUBRIGADE - BREMEN - à Brême. Déblaiement, construction d’abris anti-aériens.

·2ème SS BAUBRIGADE - HAMBURG - en ville, Hammerbrook. Déblaiement, travaux de sauvetage.

·2ème SS BAUBRIGADE - LÜNEBURG-KALAND - ville de Lüneburg. Construction d’abris anti-aériens.

·2ème SS BAUBRIGADE - OSNABRÜCK - 100 km sud-ouest de Brême. Travaux de déblaiement.
·2ème SS BAUBRIGADE - WILHELMSHAVEN - en ville. Déblaiement et construction.

·3ème SS BAUBRIGADE - BAD SASSENDORF - dans la Ruhr. Déblaiements, travaux de réparation de voies ferrées.

== Bibliographie ==

– Documentation et photos remises par la Commission
d’Histoire de l’Amicale de Neuengamme, 35, Grande
Rue 45410 Artenay.

– Brochures documentaires et ouvrages disponibles au
Centre de documentation de Neuengamme, KZGedenkstätte Neuengamme, Jean-Dolidier-Weg 39,
D-21039 Hamburg.

– N’oublions Jamais, bulletin trimestriel de l’Amicale de
Neuengamme, n
os
169 et 172.

– Mémorial des Français et des Françaises déportés au
camp de concentration de Neuengamme et dans ses
Kommandos, FMD et Amicale de Neuengamme, 1995,
528 p. (Epuise´).

– La déportation et le système concentrationnaire nazi,
ouvrage publié sous la direction de François Bédarida
et Laurent Gervereau, Musée d’Histoire contemporaine, BDIC, 1995, 311 p.

– L’exercice de vivre, Alizon Simone, Stock, Paris, 1996,
380 p.

– Alice et Gaston. Un couple et son village dans la guerre.
1939-1945, Brossard Eric et Jean-Pierre, 35, Grande
Rue 45410 Artenay, 1995, 300 p.

– Les martyrs de Neuengamme, le camp me´connu, Brunet
Pierre, Tallandier, Paris, 1975, 96 p. (Epuise´).

– Si l’écho de leurs voix faiblit, de Lassus Saint Genie`s
Raymond, Syros, Paris, 1997, 160 p.

– Torturés à vie, Desprat Edmond-Gabriel, Fus-Art,
33884 Villeneuve-d’Ornon, 1996, 120 p.

– Mémoire d’un Résistant Déporté, Espic Fernand, 30130
Pont St Esprit, 2003, 64 p.

– Le sel de la mine, Guyon-Belot Raymonde, FranceEmpire, Paris, 1990, 294 p.

– L’Homme et la Bête, Martin-Chauffier Louis, Gallimard, Paris, 1947, 246 p.

– L’univers concentrationnaire, Rousset David, Ed. du
Pavois, Paris, 1946, 190 p.

– Mémoires d’un survivant, Rullier Robert, L’Edelweis,
73700 Bourg St Maurice, 1996, 160 p.

– Mémoire oblige, Saufrignon Pierre, Dossiers de
l’Aquitaine, Bordeaux, 2002, 225 p.

– Les plages de sable rouge, la tragédie de Lübeck, 3 mai
1945, André Migdal, préface de Josy Eisenberg, NM7
éditions, Paris, 2001, 450 p.

== Liens ==

* [http://www.kz-gedenkstaette-neuengamme.de site du mémorial de Neuengamme]
* [http://www.campneuengamme.org/ site de l’amicale française de Neuengamme]

[1Kommando

[2Sachsenhausen

[3Ravensbrück

[4Bergen-Belsen

Mis à jour : jeudi 8 mai 2008