Mauthausen


Le camp de concentration de Mauthausen est d’abord un lieu de répression et d’élimination des adversaires politiques et idéologiques du régime nazi.

Sa classification en camp de catégorie III lui fait une réputation justifiée
d’ extrême sévérité. Selon cette classification, le camp est destiné à recevoir les individus « irréductibles ou jugés irrécupérables », donc les plus dangereux.Les conditions de détention doivent en conséquence y être plus dures que partout ailleurs.

Jusqu’en 1942, sa vocation est essentiellement répressive. Il est, par ses carrières, étroitement associé aux intérêts économiques de la SS. A partir de 1942 et jusqu’à
l’effondrement du Reich, sous la pression croissante des besoins de l’économie de guerre du Reich, il se transforme en plaque tournante d’un immense trafic humain,
recevant, « mettant en condition » puis répartissant les nouveaux venus entre les différentes composantes du réseau concentrationnaire de haute Autriche.

L’ensemble, qui atteint quelque soixante-dix camps et Kommandos annexes, est sans doute celui où se constate la plus forte mortalité, exception faite des centres d’extermination institués dans le cadre de la Solution finale du problème juif en Europe.

Les carrières de granit en particulier sont le théâtre d’innombrables actes sanglants
commis en toute impunité et à l’abri des regards indiscrets. Elles restent indissolublement attachées à l’image de cette procession de martyrs-esclaves
décharnés, gravissant péniblement, sous le poids de leur chargement de pierres et sous les coups, les 186 marches inégales qui mènent de la carrière du Wiener Graben au camp de détention. Mauthausen est enfin un centre test des procédés de mise à mort collective, dont la pratique doit être étendue ailleurs, au rythme de la conquête de « l’espace vital ».

Mis à jour : jeudi 8 mai 2008