Lucien Chapelain


 

CHAPELAIN Lucien est issu d’une famille de militants socialistes, il était avant-guerre responsable des Jeunesses Socialistes de tout le département de la Seine

En décembre 1939, il distribue un tract qui dénonce la livraison à l’Allemagne de bauxite de Provence, utilisée pour la fabrication de fuselage de bombardier. Le tract exige que ces livraisons massives cessent et que des mesures militaires sérieuses soient prises contre le Troisième Reich. Il sera le premier Bondynois arrêté, le 9 décembre 1939, il a alors 19 ans. Il est condamné par la justice militaire à 5 ans de prison.

Au cours de son séjour en prison, à Poissy, en 1943, il adhère au parti communiste clandestin.

Il est déporté le 4 septembre 1943 au camp de Buchenwald. dans le convoi dit des 20.000 (en raison de l’immatriculation au camp)
 
 
Lucien Chapelain joue un rôle important au service de la communauté française et de la Résistance. il assure la liaison avec le camp des “tentes”, où les nouveaux arrivants étaient en quarantaine

Dans l’antre de la bête où la seule sanction est la mort, en attendant leur affectation dans un commando de travail. le Comité Clandestin des Intérêts Français qui regroupait toutes les organisations de résistance lui confie la responsabilité d’organiser
 une vie culturelle. Jorge Semprun, qui fut ensuite Ministre espagnol, a raconté qu’il avait présenté une conférence sur Rimbaud, à la demande de Lucien Chapelain et Boris Taslitzki, peintre de Buchenwald.

Commandant adjoint de la Compagnie de Choc de la B.F.A.L. (Brigade Française d’Action Libératrice), c’est à ce poste qu’il prendra une place de premier plan dans le soulèvement du camp.
 
Emile Poirot, matricule 21582, qui a bien connu Lucien Chapelain au camp écrira : “seuls quelques rares hommes d’une trempe exceptionnelle peuvent faire ce qu’il a fait”.
 
 
A son retour, le 30 avril 1945, il sera élu conseiller municipal communiste de Bondy le 13 mai 1945, maire adjoint de mai 1945 à 1947 puis à partir de 1965 sans interruption.

Ses responsabilités au PCF furent nombreuses : membre du comité fédéral de Seine-Est (1945-1946) ; de la Seine (1946-1948) ; secrétaire de la section de Saint-Denis ; collaborateur du Comité central de janvier 1948 à mai 1949 (envoyé en Haute-Saône) ; secrétaire de la section communiste de Saint-Aignan-sur-Cher de 1955 à 1956 (Loir-et-Cher), secrétaire de la section du PCF de Bondy de 1965 à 1975. il fut aussi élu député suppléant de la 5 e circonscription de Seine-Saint-Denis en mars 1967.

Il sera à nouveau arrêté et incarcéré le 10 mai 1956 pour l’organisation de quatre manifestations de rue pour la paix en Algérie et libéré après sept mois de prison.

Lucien Chapelain dirigea de longue année l’Association des anciens déportés de Buchenwald et fait visiter le camp de Buchenwald à des centaines de jeunes. Il fut également président de l’association Départementale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes de Seine Sain Denis (ADIRP 93)jusqu’en 2006.

 
La municipalité de Bondy a attribué le nom de Lucien Chapelain à une rue de la ville

Mis à jour : mercredi 14 avril 2010