La dame d’Izieu, Sabine Zlatin


La dame d'Izieu, Sabine Zlatin

Sabine Chwast est née le 13 janvier 1907, à Varsovie (Pologne). Elle a onze frères et sœurs. Son père est architecte. au milieu des années 1920,elle quitte son pays natal Elle arrive en France, à Nancy, vers 1925, et commence des études en histoire de l’art.

Elle fait la connaissance d’un jeune étudiant Russe , Miron Zlatin. Né à Orcha en 1904, Il est issu d’une famille aisée. Il prépare, à l’université de Nancy, un diplôme d’études supérieures agronomiques.

Le 8 octobre 1928, ils se marient à Varsovie.

En 1929, Miron et Sabine Zlatin acquièrent une ferme avicole à Landas dans le nord de la France. Ils sont naturalisés français le 26 juillet 1939.

En septembre 1939, la guerre éclate. Sabine décide de suivre à Lille des cours de formation d’infirmière militaire à la Croix-Rouge.

En 1940, devant l’avance de l’armé allemande, Sabine et Miron Zlatin s’enfuient. Ils se réfugient à Montpellier. Puis ils s’installent à Izieu, un petit village de l’Ain situé en zone libre et y fondent en mai 1943 la colonie des Enfants d’Izieu pour sauver des enfants Juifs orphelins et les faire passer en Suisse. Au moins 105 enfants, juifs pour la plupart, y sont accueillis . Certains ne restent que quelques semaines ou quelques mois.

Le 8 septembre 1943, l’Italie capitule et l’armée allemande occupe aussitôt les départements de l’ancienne zone italienne. Dès lors, les persécutions antisémites s’y intensifient.

Le 13 décembre 1943, Sabine Zlatin envoie une lettre de démission à l’OSE, à la 3e direction de l’UGIF à Chambéry.

Les derniers enfants à quitter la colonie (Angel Elert, Georges Traube et Samuel Pintel) sont encore notés sur la liste de janvier 1944 tenue par Miron Zlatin.

Dans les premiers mois de 1944, plusieurs faits achèvent de convaincre Sabine Zlatin de la nécessité de disperser les enfants de la colonie.

Elle part à Montpellier pour demander à l’abbé Prevost de l’aider à disperser la colonie. Les troupes de la Gestapo investissent l’orphelinat et arrêtent les quarante-quatre enfants résidents et 7 adultes. La rafle a eu lieu le 6 avril 1944. De Lyon ils seront dirigés vers le camp de Drancy puis déportés. Quarante-deux enfants sont gazés à leur arrivée à Auschwitz.

Miron Zlatin et deux adolescents Théo Reis et Arnold Hirsch seront déportés le 15 mai 1944 par le convoi n° 73 composé uniquement d’hommes vers les Pays Baltes. Ils ne reviendront pas.

Sabine Zlatin rejoint Paris et s’engage dans la Résistance.

A la Libération elle est en charge d’organiser l’accueil des déportés au Lutétia à Paris. Elle apprend en juillet 1945 que son mari ne reviendra pas de déportation.

Après la fermeture du Centre Lutétia, en septembre 1945, elle s’installe définitivement à Paris. Elle devient peintre, signant ses toiles du nom de Yanka, et exerce parallèlement le métier de libraire spécialisé dans les arts du spectacle.

Dès 1945, Sabine Zlatin n’a jamais cessé de porter la mémoire de la rafle d’Izieu. Témoin au procès Barbie, elle est un acteur essentiel de la création du mémorial inauguré à Izieu en avril 1994.

Elle est décédée le 21 septembre 1996 à Paris

Sabine Zlatin est enterrée au cimetière du Montparnasse dans la Section 18.

Mis à jour : dimanche 2 novembre 2014