2004 Message pour la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation


Cette année seront commémorés les anniversaires des événements de 1944, débarquements de Normandie et de Provence, libération de la plus grande partie de la France.
Ces opérations ont soulevé une immense espérance.À l’appel du général de Gaulle, la Résistance intérieure généralisait la lutte armée qui allait, dès le 6 Juin, se métamorphoser en insurrection nationale. Elle contribua, aux côtés des forces alliées,
des Forces françaises libres et de l’armée d’Afrique à restaurer la démocratie et à préparer la réorganisation économique et sociale de la France. Ces événements, connus rapidement dans les camps de concentration et les prisons, firent naître l’illusion d’une libération imminente. Mais il fallut attendre presque une année pour voir
s’ouvrir les portes des geôles nazies et japonaises.
Aujourd’hui, l’évolution de l’Europe et des institutions internationales permet
d’espérer la disparition définitive de telles pratiques criminelles. Les anciens déportés et internés appellent chacun à se souvenir et à demeurer vigilant pour préserver l’héritage humaniste de la Résistance.

Continuons à nous mobiliser pour la liberté de tous. Nous faisons confiance à nos compatriotes pour sauvegarder les idéaux qui animèrent les femmes et les hommes qui surent refuser l’intolérable.

Ce message a été rédigé conjointement par :
- la Fondation pour la Mémoire de la Déportation,
- l’Association des déportées et internées de la Résistance (ADIR) ;
- la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance
(FNDIR) ;
- la Fédération nationale des déportés et internés, résistants et
patriotes (FNDIRP) ;
- l’Union nationale des associations de déportés, internés et
familles de disparus (UNADIF) ;
- et l’Union nationale des déportés, internés et victimes de guerre
(UNDIVG).
J

Mis à jour : mercredi 17 mars 2004