Hôtel Lutetia


Hôtel Lutetia

Construit en 1910 à l’initiative de Madame Boucicaut, propriétaire du grand magasin Le Bon Marché l’hôtel Lutetia est un hôtel Art nouveau avec un des premiers bars au style Art déco à Paris. Il est conçu par les architectes Louis-Charles Boileau et Henri Tauzin. Les sculptures sont de Léon Binet, puis de Paul Belmondo.
Le bâtiment est de sept étages et possède 231 chambres dont 60 suites d’inspiration Art déco.

L’ensemble des façades et des toitures sur rues et sur cours de l’hôtel, le hall d’accueil, le hall de réception, la galerie, le salon Borghèse (ancienne salle à manger), le salon Saint-Germain (ancien jardin d’hiver), les trois escaliers avec leur cage, le vestibule d’entrée de l’extension de 1912, la rotonde palière du salon Président, et le salon président (ancienne salle des fêtes) avec ses lustres Lalique, sont inscrits aux monuments historiques par un arrêté du 16 octobre 2007.

Situé dans le quartier Notre-Dame-des-Champs, entre Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, il est témoin du renouveau artistique de l’entre-deux-guerres, accueillant de nombreux peintres et écrivains (Picasso, Matisse, André Gide, James Joyce, Samuel Beckett, Saint-Exupéry, André Malraux, ....

Le 14 juin 1940, l’armée allemande occupe Paris. Le 8 septembre 1940 l’hôtel est réquisitionné pour le « haut commandement de l’armée »

L’hôtel abrite « l’Abwehr », le service de renseignement de l’armée allemande. Les lieux sont également occupés par la « Geheine Feldpolizei (GFP) ou police militaire secréte. La fonction première de l’Abwehr est la chasse aux résistants avec l’aide du GFP sous l’autorité d’un Direktor : Wilhelm Radecke.

À la Libération L’ hôtel accueille-les déportés à leur retour des camps de concentration nazis. C’est Sabine Zlatin,surnommée la « dame d’Izieu », qui assure la mise sur pied du centre d’accueil, vers lequel convergent les familles à la recherche d’information sur d’éventuels proches déportés.

Aujourd’hui, une plaque posée à l’extérieur de l’hôtel rappelle cet épisode

Aujourd’hui, propriété du groupe israélien Alrov, le Lutetia a fermé ses portes en 2014 pour trois ans de travaux

Mis à jour : dimanche 2 novembre 2014