Gross Rosen


Situé en Silésie, au sud de l’Oder et à 60 kilomètres de Breslau, près de la ville portant le même nom (Rogosnica, en polonais).

Le camp de Gross-Rosen a été créé en Août 1940 comme kommando de Sachsenhausen, les prisonniers étaient destinés à travailler dans la carrière de granit Le premier transport, partis de Sachsenhausen et composé de 98 polonais est arrivé le 2 Août

Il devient un camp autonome à l’automne 1941 avec ses propres Kommandos de travail.

L’originalité du KL Gross Rosen réside dans la présence, sur la place d’appel, d’un campanile supportant une cloche qui rythme la vie des détenus.Sonnant les rassemblements, lugubre, elle annonçait aussi les pendaisons.

Nombre de témoignages évoquent l’aspect monotone du camp, illustré par ses vingt-deux blocs identiques et alignés jusqu’au crématoire. Les détenus sont astreints au travail forcé dans les carrières voisines du camp, particulièrement meurtrières, mais aussi dans des Kommandos intérieurs comme Siemens, Blaupunkt, Wetterstelle ou la filature ; ou encore, à l’extérieur, dans les Kommandos de Kamenz, Aslau, Gassen ou Gross Koschen.

La mortalité était telle que le crématoire construit en 1941 se révéla vite
incapable de suivre la progression. En 1943, la maison "Topf und Söhne" qui avait déjà équipé d’autres camps reçut commande de "fours à 4 chambres et à grand rendement"

Le KL Gross Rosen est un camp de concentration de la seconde génération, celle de l’expansion territoriale du Reich vers l’Est. Les facteurs économiques sont à l’origine de son accession au statut de camp autonome : l’aggravation des bombardements alliés sur le Reich nécessite le transfert en Basse Silésie d’usines d’armement menacées par les bombes. Il faut désormais fournir de la main-d’œuvre à ces usines. Le KL Gross Rosen, prévu pour un effectif de 15 à 20 000 détenus, doit constituer ce réservoir de main-d’œuvre.

Au départ, le KL Gross Rosen est destiné aux déportés polonais. Puis des prisonniers de guerre soviétiques y sont envoyés, ainsi qu’après l’abrogation de la procédure Nacht und Nebel (NN) des Français de zone occupée et du Nord-Pas-de-Calais, ainsi que des Belges extraits des prisons allemandes où ils étaient détenus. Les prisonniers « NN » y sont internés dans les blocs 9 et 10, qui peuvent contenir jusqu’à 1 000 détenus chacun. Ils subissent des conditions effrayantes de manque d’hygiène et d’épuisement qui conduisent rapidement à la mort. Les déportés « NN » du Nord-Pas-de-Calais, arrivés pour la plupart par le transport du 30 octobre 1944 en provenance du Zuchthaus Gross Strehlitz, ont payé un lourd tribut dans ce camp, puisque près de 50% sont décédés avant son évacuation en février 1945. On signalera aussi l’immatriculation au camp d’au moins 162 Français arrêtés sur le territoire du Reich.

Sur les 200 000 personnes qui ont séjourné au camp, on estime que 40 000 y ont trouvé la mort.

Quelques mois avant la fin de la guerre, des déportés transférés d’autres camps transitent par Gross Rosen. Ce sont en particulier les détenus des camps de l’Est, comme Auschwitz, évacués face à l’avance de l’Armée Rouge.

La surpopulation entraîne la propagation d’une épidémie de typhus et, entre le 8 février et le 23 mars 1945, le camp doit être à son tour évacué vers les KL Buchenwald, Flossenbürg, Dachau et surtout Dora et ses Kommandos dont la Boelke Kaserne à Nordhausen.
Par des températures qui descendaient jusqu’à 20 et 25 degrés en dessous de zéro, des wagons-tombereaux roulèrent pendant dix jours avant d’atteindre Dora -Nordhausen, Buchenwald, Bergen-Belsen... Ils étaient chargés de détenus, serrés les uns contre les autres, qui moururent presque tous.

Le 5 mai 1945, les troupes soviétiques entrées dans le camp ne trouvent que quelques survivants.

Equipe du Livre-Mémorial
(copie de la Base de données de la Fondation pour la mémoire de la déportation )

Principaux kommandos et camps annexes de Gross Rosen

’(liste non exhaustive)


Aslau (usine d’aviation)
Bad Warmbrunn.Cieplice (firme « Dorries-Fuellner)
Bernsdorf-Bernatice (filatures de jute,Kommando de femmes)
Bolkenhain (usine d’aviation)
Breslau Wroclaw (voies ferrées)
Brieg-Brzeg (aéroport)
Bunzlau-Boleslawiec (constructions en bois)
Bunzlau Rauscha (intendance)
Christianstadt (Ste Nobel, Kommando de femmes)
Dyhernfurth (Ste Lunabril)
Faulbruk (Service de l’inspection d’armement)
Gabersdorf (firme Barthe, Kommando de femmes)
Gellenau (usine d’aviation, Kommando de femmes)
Gebhardsdorf (usine d’aviation, Kommando de femmes)
Go¨ rlitz (Wumag, construction de wagon et machines)
Graben (filature de lin, Kommando de femmes)
Grafenort (constructions me´caniques)
Grunberg (articles de laine)
Gruscwitz-Kruszwica (textile, Kommando de femmes)
Halbstadt-Mezimesti (coton, Kommando de femmes)
Hartmanndorf (firme Walker)
Hirschberg-Wirschkowitz (camp de travail pour femmes)
Hohenelbe Vrchlabi (usines d’aviation)
Kamenz ( fabrique de pièces pour machines outils)
Kittlitztreben Kotlicki Trebin (aérodrome de Kretschamberg)
Kratzau-Chrastava (usines d’armement)
Landeshut-Kamienogora (firme Kramsta et Meshner)
Langenbielau (Telefunken, Krupp, Goldschmitt.).
Markstadt-Laskowitz (camp disciplinaire, firme Krupp, berta Gruen Goering)
Merzdorf (filature)
Mittelsteine (usine d’aviation, Kommando de femmes)
Oberaltstadt (filature de lin, Kommando de femmes)
Parschnitz-Porici (filature de lin, Kommando de femmes)
Reichnau-Reichenbach
Striegau (carrières)
Waldenburg (constructions mécaniques pour I.G. Farben)
Falkenberg (percement tunnel routier)
Ludwigsdorf (dynamite, Kommando de femmes)
Schotterwek (Organisation Todt, concassage de pierres)
Tannhausen (chantier de Lehmawasser)
Wolsberg (usine souterraine de munitions)
Friedland (firme VDM construction avions)
Zittau (entreprise Zitt)

Plus d’info :

Musée de Gross Rosen

Bibliographie

liste non exhaustive

Bulletin memoire vivante 46 de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

PDF - 1.8 Mo
Mis à jour : jeudi 8 mai 2008