Frontstalag de St Denis


La caserne de ST -DENIS (Seine) C.R.E. appelée aussi CASERNE DES SUISSES

JPEG - 191.5 ko
plan St Denis 1914 - 1940
POINT ROUGE : casernes des suisses POINT BLEU : lycée de la Légion d’Honneur POINT JAUNE : Basilique

En 1497, Charles VIII crée la Compagnie des Cent-Suisses. Les Gardes Suisses forment un corps d’élite sous l’Ancien Régime et sont les derniers à défendre Louis XVI aux Tuileries en août 1792. Les soldats sont logés chez l’habitant. En 1754, Afin de mettre un terme à ce système, Louis XV décide la construction de trois nouvelles casernes des Gardes Suisses, proches de Paris et des châteaux royaux de Saint-Germain et de Versailles : à Rueil, Courbevoie et Saint-Denis. L’architecte Charles-Axel Guillaumot (1730-1807) les construit en même temps..

La caserne en 1955
La caserne en 1955

Le site est occupé par les Allemands en juin 1940.

Ils y installent un Frontstalag, qui fonctionne en réseau avec le F111 de Drancy et le camp de Romainville.

La fonction du camp obéissait à une logique de guerre classique et visait des ressortissants des puissances ennemies du Reich, en l’occurrence des Britanniques et des citoyens du Commonwealth : initialement, ce sont donc des hommes britanniques, âgés de 16 à 65 ans, qui sont concernés par cet internement ; les femmes, les enfants et les personnes âgées n’étaient généralement pas internés mais contraints de pointer à la Kommandantur (état-major) locale.
La caserne atteignit rapidement quelques 1 600 internés, d’autant que le site de Drancy, qui, dans un premier temps, servit aussi à l’internement de Britanniques, fut destiné dès août 1941 à l’internement des Juifs étrangers et français.

Le camp installé dans et autour de la caserne est organisé en chambrée de douze hommes environ qui couchent sur des lits superposés ainsi que des baraques construites dans la cour centrale pour répondre à l’augmentation des effectifs. Les internés étaient ravitaillés par la Croix-Rouge britannique et les colis individuels étaient autorisés.

La vie dans le camp permettait des activités culturelles et sportives.

Parmi les prisonniers il y a eu James Arthur Briggs. et le pianiste anglais Tom Waltham.

La caserne des Suisses a fonctionné comme camp d’internement tout au long de l’occupation allemande. À quelques jours de la Libération de Paris, des détenus malades du camp du Fort de Romainville, sur la commune des Lilas, y sont transférés

Les prisonniers seront libérés en août 1944 .

En 1970, a été construit les premiers bâtiments de l ’ensemble universitaire Place du 8 mai 1945. La caserne des suisses a été démolie pour laisser le terrain libre à la construction de l’école nationale normale de l apprentissage.

Le fronton du bâtiment central, classé monument historique, a été démonté pierre par pierre et est stocké dans le jardin de l’Institut Universitaire de Technologie. il attend une restauration.

Mis à jour : dimanche 5 juillet 2015