DT 54 Hommage à André CLAUDEL


lire l’article

André, notre ami, notre camarade,

C’est au nom de ta famille, de tes amis, de tes camarades, des habitants de
Damelevières et de tous ceux que tu as rencontré tout au long de ta vie que
m’incombe la douloureuse mission de venir te dire adieu.
André, toute ta vie sera consacrée aux autres, à tes concitoyens, à toutes celles
et tous ceux qui vécurent à tes côtés.
Tu as tout juste 20 ans et l’Allemagne nazie vient d’envahir la France. Avec 3 de tes
amis tu intègres le groupe Alfred GAUTHIER qui fut considéré comme le premier
groupe de Résistance menant des actions anti allemandes.
Alors que vous souhaitez tous les 4 gagner la France libre dans le but de rejoindre les
forces armées du Général De Gaulle vous êtes interpellés par l’armée allemande et
incarcéré à la prison Charles 3 à NANCY, avant d’être condamné à mort pour
intelligence avec l’ennemi et haute trahison en février 1941.
Suite à l’intervention du recteur de l’académie de Nancy, cette peine sera, commuée
en 10 années de réclusion.
Vont s’en suivre pour toi, dans le cycle infernal de ta détention et des transferts de
prisons, 4 années de souffrances (faim, maladie, solitude....).
En avril 1945 tu seras libéré par l’Armée Rouge.
Les plus belles années de ta vie, comme on a l’habitude de les appeler, tu les as
passées en prison.
Ta force de caractère, ton intelligence et ta forte capacité de réflexion t’ont permis de
tenir. Si les souffrances endurées ont marqué le jeune homme que tu étais, elles ont
aussi forgé ta détermination à lutter contre le nazisme, contre le négationnisme, pour
la liberté des peuples et la paix dans le monde.
Sans concession tu as déployé ton énergie pour le devoir de Mémoire. Ce combat a
été fondamental, et ton engagement d’une grande fidélité pour la reconnaissance des
hommes et des femmes qui ont combattu l’oppresseur nazi au prix de leur vie.

C’est pourquoi tu étais profondément touché et inquiet par l’évolution de notre société
et la forte progression des partis d’extrêmes droite en France et en Europe.
Tout au long de ta vie tu as été un homme de conviction. Militant syndical de la CGT,
tu seras en 1953 l’un des animateurs des grandes grèves avec tes camarades du site
ferroviaire de Blainville/Damelevières.
Parallèlement tu mèneras une activité politique intense en portant les idées du Parti
Communiste Français, dont tu as toujours été adhérent. Tu as animé de nombreuses
réunions publiques et diffusé au porte à porte le journal l’Humanité.
A de nombreuses reprises tu seras candidat pour le PCF aux élections cantonales et
législatives. En 1968 tu seras le candidat de la gauche rassemblée au second tour de
l’élection législative sur la circonscription de Lunéville.
Arrivé à Damelevières en 1952, habitant aux cités Est puis au nid de la gare tu t’es
rapidement investi dans la vie communale.
En 1959 tu es élu Maire de Damelevières.
Ton esprit de dialogue et d’ouverture t’avait permis de réunir des hommes d’horizon
différents. Le soutien et la confiance de la population te seront renouvelés jusqu’en
1989. De 1989 à 1995 tu accompagneras ton successeur Maurice VILLAUME en tant
que conseiller municipal et assurera la présidence du syndicat des eaux.
Pendant ces 5 mandats municipaux tu as fait évoluer notre ville en développant
chaque quartier, en créant de multiples services à la population. Tes qualités de
gestionnaire étaient reconnues de tous.
Tes différents engagements ont mis en évidence tes qualités de bâtisseur et de
visionnaire. Très rapidement, tu as compris, comme l’a dit Berthold BRECHT que « 
le ventre d’où est sortie la bête immonde est toujours fécond ». Il était en conséquent
nécessaire pour toi d’organiser le devoir de mémoire et d’éveiller les consciences.
Tu t’y es employé à la présidence de la FNDIRP de Meurthe et Moselle, en fondant
l’AFMD 54 ou encore en président le Comité Départemental du concours de la
Résistance et de la Déportation.
Par ton dévouement tu vas être, entre autre, à l’origine d’actions telle que le parcours
mémoriel des rafles qui mobilisent depuis 2010 des centaines de collégiens, lycéens
et étudiants.
Dans la vie municipale aussi tu as fait preuve de grande lucidité et clairvoyance en
favorisant la construction, dans le milieu des années 70, d’un foyer logements pour
personnes âgées.
A cette époque peu de personnes imaginaient la nécessité de créer cette alternative
aux maisons de retraite pour les personnes autonomes. Aujourd’hui les résidences
autonomies sont parties intégrantes des plans nationaux de soutien aux politiques en
faveur des personnes âgées et de lutte contre la solitude.
Tu as toujours eu le souci de transmettre ton expérience, tes connaissances. En
1940, tu occupas un poste d’instituteur. Si par la suite tu avoueras que tu n’aurais pas
exercé cette profession durant toute une carrière, tu en as retiré une grande expérience
afin de témoigner des crimes nazis et concentrationnaires, notamment, dans les
établissements scolaires.
J’ai eu l’occasion d’assister en 2004 à une de ces conférences et j’ai pu me rendre
compte à quel point il savait retenir l’attention de son auditoire par des mots simples
et justes. André suscitait le respect et l’admiration.
C’est pour son engagement dans ce travail de transmission de la mémoire qu’André a
été promu au grade d’officier dans l’ordre de la légion d’honneur le 30 octobre 2010 à
l’espace Neslon MANDELA à Damelevières.
Ce devoir de mémoire, il se l’est également imposé au niveau communal.
Ses travaux de recherches lui ont permis de retracer l’histoire de DAMELEVIERES
jusqu’en 1945 dans un livre intitulé « Damelevières, campagne Lorraine ».
Il aura rassemblé, par ailleurs, des documents et témoignages qui auront permis
l’édition d’un ouvrage sur les tragiques bombardements de 1944 après avoir rédigé
ses propres mémoires, de manière plus intime, sur sa période de détention.
Ces actes de mémoire permettent de ne pas laisser s’éteindre le souvenir du martyr
vécu par la population, par les résistants durant ces années sombres.
L’avenir le préoccupait et il a toujours su l’anticiper en préparant et en accompagnant
ses successeurs tant à l’AFMD 54 qu’à la mairie.
Il a toujours gardé un regard bienveillant en continuant à suivre assidûment le travail
des équipes municipales successives. Régulièrement il s’arrêtait quelques minutes en
mairie pour saluer les secrétaires et pour échanger avec moi de l’actualité avant de
rejoindre le Foyer de personnes âgées pour partager le déjeuner avec les résidents.
Ces moments étaient pour lui très précieux.
Ses analyses, tant sur les questions internationales, nationales ou locales, étaient
toujours justes et pertinentes.
André tu as tracé le sillon du combat du devoir de mémoire, de la défense des valeurs
de progrès et de justice sociale.
Ton dévouement, ta loyauté et ta sincérité dans tes engagements ont fait de toi un
homme d’exception, respecté et estimé de tous dont nous garderons le plus grand des
souvenirs.
Mais la vie d’André c’est aussi sa famille qui était son bien le plus précieux.
Il nous avait redis combien son épouse Jeanne, par son amour, lui avait permis de
retrouver le sourire et de connaître le bonheur de la vie.
Il se réjouissait toujours de partager avec vous ses enfants, Bernard, Brigitte, François
et Francine, avec ses petits enfants, ses arrières petits enfants un moment au château
d’Hadomenil pour un repas d’anniversaire ou encore un week-end en Sologne.
Quand il parlait de Monique, son amie, qui l’accompagne depuis 9 ans, on pouvait
lire dans ses yeux toute la joie qu’il se faisait de la retrouver pour partager des
moments de bonheur.
Vous perdez aujourd’hui un papa, un grand-père, un ami et nous partageons votre
peine et votre douleur.
Soyez fier de lui et du sens qu’il a donné à sa vie.
Nous resterons à vos côtés, si vous le souhaitez, pour maintenir son souvenir et vous
apporter notre soutien.
Merci André pour tout ce que tu as partagé avec chacun d’entre nous,
Merci André pour ta gentillesse unanimement reconnue et pour tes engagements de
chaque instant pour un monde meilleurs.
Soit assuré de la fidélité de notre souvenir.
Christophe SONREL
Maire de DAMELEVIERES

PDF - 20.2 ko
Mis à jour : mercredi 26 octobre 2016