DT 51 mercredi de la Déportation


Dans le cadre des "Mercredis de la déportation"

conférence le 18 février à 18 h
à la Maison de la vie associative, 9 rue Eugène Wiet à Reims

La Pologne victime du nazisme

On sait que les Nazis édifièrent sur le sol de la Pologne conquise les principaux camps de concentration et les centres d’extermination où furent assassinés 3 millions de Juifs de Pologne, auxquels il faudrait ajouter le nombre de ceux qui avaient émigré, notamment vers la France.

On sait moins le sort réservé aux Polonais non-juifs, considérés comme des « sous-hommes ». Les nazis cherchèrent à détruire la culture polonaise en éliminant les dirigeants politiques, religieux et intellectuels : fusillade, déportation en camp de concentration, notamment à Auschwitz I et Maidanek. L’enseignement secondaire et supérieur fut supprimé. Dans la partie de la Pologne annexée au Reich, les Polonais furent expulsés vers le « Gouvernement général », partie de la Pologne administrée par les nazis.

Une résistance s’organisa cependant : nationaliste (Delegatura) et communiste (Armia Ludowa).

Lors de l’insurrection de Varsovie en août 1944, la ville fut complétement détruite et plus de 200 000 Polonais tués.

Entre 1939 et 1945 au moins 1,5 million de citoyens polonais furent déportés vers le territoire allemand pour travaux forcés. On estime que les Allemands ont assassiné au moins 1,9 million de civils polonais non Juifs.

C’est sur ce thème : « la Pologne victime du nazisme » que portera la conférence de M. Jean-Charles SZUREK, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l’histoire de la Pologne contemporaine.

Mis à jour : lundi 2 février 2015