Campagne : collecte de traces


La Commission Histoire et Patrimoine des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation lance une campagne de collecte numérique des traces de l’Internement et de la Déportation conservées par les anciens internés et déportés et leurs familles.


I ) PRÉSENTATION


Principes généraux de la collecte

Le terme de traces désigne tous les documents d’archives, les objets et les éléments matériels produits dans le cadre de l’Internement et de la Déportation rapportés par les anciens internés et déportés, conservés par eux-mêmes et par leurs familles.

L’Internement désigne la détention dans au moins une prison ou un camp sur le territoire français (France métropolitaine, hors Alsace-Moselle, et Afrique du Nord française), sous l’autorité de l’Etat français ou des autorités d’occupation. La Déportation désigne la détention dans au moins une prison ou un camp hors du territoire français : Grand Reich (Allemagne et territoires annexés, notamment Alsace-Moselle), territoires occupés sous l’autorité de l’Etat allemand.

A l’origine de cette collecte numérique, plusieurs constats

- Beaucoup d’archives et d’objets sont conservés par les lieux d’histoire et de mémoire de l’Internement et de la Déportation en France et à l’étranger, notamment en Allemagne. Les conditions de conservation sont généralement bonnes voire très bonnes.
- Beaucoup d’autres traces sont encore conservées par les anciens internés ou déportés ou par leurs familles. Les conditions de conservation sont généralement bonnes mais souvent précaires.
- Les anciens internés et déportés ou leurs familles sont généralement réticents à se séparer d’archives et d’objets dont la charge affective est importante, sans pour autant envisager précisément le devenir de ces traces dans la durée.
- Les anciens internés et déportés et leurs familles ont encore à leur disposition la plupart des informations permettant de connaître les conditions de production, d’utilisation et de conservation de ces traces.
- Les technologies actuellement disponibles permettent à des particuliers de réaliser, en respectant quelques conseils méthodologiques de base, la numérisation de ces traces et d’en assurer la pérennité.
- Les ressources mises en ligne sur Internet ne donnent qu’une vue partielle de la diversité des traces disponibles et sont très rarement accompagnées des informations nécessaires pour connaître l’origine et comprendre les particularités de ces traces.

Les buts de cette collecte numérique

- La sauvegarde numérique des traces de l’Internement et de la Déportation conservées par les anciens internés et déportés et leurs familles.
- La constitution d’une collection numérique associant les images des traces et les informations sur les conditions de leur production, de leur utilisation et de leur conservation jusqu’à aujourd’hui.
- La mise en ligne sur le site des Amis de la FMD d’une partie de cette collection montrant la diversité et les particularités des traces de l’Internement et de la Déportation (les Amis de la FMD sont les détenteurs des droits sur les images et garantissent l’exactitude des informations associées à ces images)
- L’approfondissement de la connaissance des traces de l’Internement et de la Déportation
- Inciter les anciens internés et déportés ou leurs familles à s’interroger sur la pérennité de ces traces et à envisager leur dépôt dans un lieu d’histoire ou de mémoire disposant des conditions de conservation et de valorisation les meilleures.

Qui effectue la collecte ?

La collecte est effectuée par des équipes de bénévoles, accréditées par les Amis de la FMD (voir Annexe 1 – Convention avec l’équipe en charge de la collecte numérique et Accréditation). Ces équipes peuvent être constituées de une ou de deux personnes. L’implication de deux personnes rend le travail plus efficace, mais une seule personne est considérée comme responsable de l’équipe afin de faciliter les relations avec la commission Histoire et patrimoine (ou le groupe de travail).
Les équipes peuvent être constituées d’Amis de la FMD ou de membres des associations d’internés, déportés et familles. Les personnes intéressées pour constituer une équipe doivent se déclarer auprès des Amis de la FMD en renvoyant le bordereau de demande de constitution d’équipe au siège de la FMD par courrier ou par courriel. En échange, les personnes intéressées reçoivent une accréditation par les Amis de la FMD et le dossier méthodologique, technique et juridique par courriel.

Comment contacter les détenteurs des traces ?

La réussite de cette collecte nationale repose sur les contacts existants entre les personnes qui sont susceptibles de conserver des traces de l’Internement et de la Déportation et les équipes. C’est ainsi que des documents demeurés dans les familles, rarement ou jamais montrés, pourront être collectés numériquement, inventoriés et mis à la disposition des chercheurs et des publics intéressés par l’histoire et la mémoire de l’Internement et de la Déportation. Le partenariat entre les Amis de la FMD et les associations d’internés, déportés et familles permet de faciliter les contacts entre les équipes et les personnes susceptibles de conserver des traces.
Lorsqu’un détenteur est identifié, l’équipe prend contact avec lui. Il est indispensable de lui adresser l’appel à collecte (voir Annexe 2 – Lettre aux détenteurs de traces) et de lui présenter l’accréditation par les Amis de la FMD (Annexe 1 – Convention avec l’équipe en charge de la collecte numérique et Accréditation)

Quel accord passer avec les détenteurs des traces ?

La réussite de cette collecte nationale repose aussi sur la confiance entre les équipes et les personnes qui mettent à disposition les traces qu’elles possèdent. Les statuts de l’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (et ceux de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation destinataire des traces collectées en cas de disparition de l’association), constituent une garantie éthique et juridique.
Il est donc possible de présenter les statuts de l’association des Amis de la FMD. Pour une information plus complète du détenteur des traces sur l’organisation de la collecte, il est possible de lui transmettre la présente fiche (Annexe 1 – Convention avec l’équipe en charge de la collecte numérique et Accréditation)
Cependant, afin de pouvoir exploiter les traces collectées dans les limites définies par les statuts, il est indispensable de pouvoir disposer des documents concernant la cession des droits d’auteurs et d’exploitation des images (voir Annexe 4) et la cession des droits d’exploitation des documents et objets numérisés (voir Annexe 5).

Quelles traces sont intéressantes ?

Toutes les traces sont intéressantes.
Sont privilégiées ici les traces matérielles (voir Fiche 4 – Conseils pour la présentation de la collecte), bien que beaucoup soient porteuses d’informations immatérielles (liées aux conditions de production, d’utilisation ou de conservation jusqu’à aujourd’hui).

Il faut mieux collecter toutes les traces considérées par l’équipe ou la personne qui les détient comme intéressante, plutôt que de respecter une liste préétablie. L’un des buts de la collecte est de rassembler la plus grande diversité possible de traces et d’informations les concernant. Chaque équipe est donc libre d’apprécier ce qui lui semble important.

Quelles images prendre ?

Afin d’avoir la vision la plus précise et la plus complète des traces collectées, il est nécessaire de prendre un nombre relativement élevé d’images. La technologie numérique donne cette possibilité à moindre coût.

Cependant, un nombre raisonnable d’images facilitera la gestion par la commission Histoire et patrimoine.

Selon l’ampleur et l’intérêt des traces collectées, peuvent être prises : - une photographie d’ensemble des traces (notamment vue avec le détenteur actuel, vue du lieu de conservation actuel, si possible) - quelques images de chacune des traces (vue générale, sous différents angles si nécessaire ; vues des différentes paries ; vues détaillées si nécessaire)

Quelques images privilégiant la dimension esthétique peuvent être jointes. Sans être prioritaires, elles pourront être utilisées pour attirer l’attention des visiteurs du site et rendre hommage au talent des photographes.

Voir Fiche 2– Conseils méthodologiques pour la numérisation avec un appareil photographique et Fiche 3 – Conseils méthodologiques pour la numérisation avec un scanner

Quelles informations demander ?

Cette collecte ne vise pas le recueil de témoignages qui fait l’objet d’une collecte spécifique par la FMD (constitution d’une Audiothèque). Cependant, les informations nécessaires pour donner toute leur place à chacune des traces peuvent être considérées comme une forme de témoignage. Ces informations doivent être saisies par écrit dans les documents d’accompagnement (en particulier le fichier « Inventaire »), mais elles peuvent aussi être jointe sous forme d’un fichier audio ou vidéo qui sera associé à la collection de documents numériques ainsi constituée.

Pour le suivi du travail de collecte et de l’utilisation des documents numérisés, il est très important de pouvoir disposés d’informations précises (voir Fiche 4 – Conseils pour la présentation de la collecte. Le fichier « Inventaire »).

Comment nommer la collection constituée ?

Tous les fichiers et dossiers numériques produits lors de la collecte doivent porter le nom et le prénom de la personne internée ou déportée concernée. Le but est de pouvoir établir un lien entre les documents collectés et la base de données de la FMD.
Voir Fiche 4 – Conseils pour la présentation de la collecte et Fiche 5 – Conseils pour l’envoi de la collecte
Le nom et le prénom du détenteur des documents numérisés sera toujours associé à la collection.

Quelles images seront retenues pour la mise en ligne ?

Au maximum une dizaine d’images parmi celles adressées pourront être mises en ligne sur le site des Amis de la FMD. La commission Histoire et patrimoine se contente de sélectionner ce qui est mis en ligne afin de rendre plus cohérent la collection présentée sur Internet, mais la collection nationale, accessible sur demande, notamment aux chercheurs, doit tirer sa richesse de la multiplicité des apports. Par ailleurs, la collection présentée sur Internet évoluera avec l’avancée de la collecte.
La définition des images sera diminuée pour la rendre compatible avec une mise en ligne, mais il est important de pouvoir conserver des images originales avec un bon niveau de définition.
Voir Fiche 2– Conseils techniques pour la numérisation avec un appareil photographique et Fiche 3– Conseils techniques pour la numérisation avec un appareil photographique


2) MATERIEL


Conseils techniques pour la numérisation avec un appareil photographique

Afin de faciliter les prises de vue avec un appareil photographique et de constituer une collection cohérente et homogène, quelques conseils techniques sont proposés. Ces conseils peuvent paraître contraignants. La plupart des photographes intéressés par cette campagne de collecte les appliquent déjà. Les autres peuvent s’en inspirer. Toute photographie prise sera une contribution intéressante, mais elle sera plus facilement exploitable si sa qualité est satisfaisante.

Les fiches proposées répondent aux questions techniques qui pourraient se poser.

- Comment cadrer les images ?

- Quelles conditions de lumière pour prendre les images avec un appareil photo ?

- Quelle qualité de prise de vue ?

- Quelles images prendre ?

- Quelles images retenues pour la mise en ligne ?

Conseils techniques pour la numérisation avec un scanner

Afin de faciliter les numérisations à l’aide d’un scanner et de constituer une collection cohérente et homogène, quelques conseils techniques sont proposés. Ces conseils peuvent paraître contraignants. La plupart des personnes intéressées par cette campagne de collecte les appliquent déjà. Les autres peuvent s’en inspirer. Toute image collectée sera une contribution utile.
Le scanner permet de numériser la plupart des documents d’archives pouvant être mis à plat. La numérisation d’un document d’archives produit une copie sous la forme d’une image numérique.

Les fiches proposées répondent aux questions techniques qui pourraient se poser.

- Quel matériel utiliser ?

- Quelle qualité de numérisation ?

- Quelles images prendre ?

- Comment cadrer les images ?

- Comment nommer les fichiers images ?

- Quelles images retenues pour la mise en ligne ?


3 ) ENVOI


Conseils pour l’envoi de la collecte

Afin de faciliter la réception et l’exploitation des informations numériques ou sur papier, quelques précautions sont à prendre.

Les fiches proposées répondent aux questions techniques qui pourraient se poser.

- Quel support choisir pour le stockage numérique ?

- Comment renseigner le support numérique de stockage ?

- A quelle adresse envoyer les documents ?


4) DOCUMENTS


toutes les fiches au format PDF

PDF - 225.3 ko
collecte-traces_couv
PDF - 343.5 ko
collecte-traces_presentation.
PDF - 471 ko
fiche1_principes-generaux
PDF - 229.1 ko
fiche2_appareil-photo
PDF - 228.2 ko
fiche3_scanner
PDF - 263.2 ko
fiche4_fichier-inventaire
PDF - 218.8 ko
fiche5_envoi
PDF - 349.6 ko
annexe1_accreditation-convention
PDF - 219.9 ko
annexe2_lettre-detenteurs
PDF - 223.4 ko
annexe6_pret-documents
PDF - 353.6 ko
annexe5_convention-detenteur
PDF - 354.4 ko
annexe4_convention-equipe
PDF - 232.2 ko
annexe3_infos-generales
Mis à jour : mercredi 5 septembre 2012