Alain-Raoul Mossé


JPEG - 90.8 ko
Alain Raoul Mosse,
Portrait de Alain Raoul Mosse, membre de l’OSE

Alain-Raoul Mossé est arrivé à Chambéry en février 1940, après de brillantes études de Droit et à Sciences-Po de Paris.

Avec le rang de sous préfet il a été nommé - à moins de vingt ans - directeur du Cabinet du préfet du département de la Savoie, poste occupé par Jean Moulin quelques années avant.

En janvier 1941 il est révoqué vu le "Statut" des Juifs du 3 octobre 1940 excluant ces derniers de la fonction publique.

A Chambéry le jeune homme va se consacrer, avec l’O.S.E, au sauvetage des enfants - en particulier : fonctionnement des filières vers la Suisse toute proche, organisation de maisons d’enfants, recherche de cachettes dans des familles, des institutions religieuses...

Début 1944, malgré le danger, il ne passe pas dans la clandestinité « pour ne pas abandonner.....(ses) enfants ".

La pose de deux plaques, voulue par la Municipalité et plusieurs associations - dont l’A.F.M.D-73, s’est heurtée, des années durant, à des obstacles très étonnants : silence de la Préfecture au sujet d’Alain Mossé, refus de propriétaires des lieux concernés, hostilité de riverains...

C’est une initiative de la Mairie de Chambéry qui permet d’honorer la mémoire d’artisans du sauvetage des enfants juifs et saluer le courage des résistants de l’OSE. Le 8 février 1944, les membres du Bureau de l’OSE, qui s’est installée à Chambéry à l’époque en zone d’Occupation italienne, ont été arrêtés. De là, l’OSE organisait le passage en Suisse des enfants et des réfugiés juifs. L’arrestation d’Alain Mossé et de tous les membres du bureau de l’OSE-UGIF à Chambéry oblige l’organisation à plonger dans la clandestinité totale. Avant d’être personnellement interrogé par Aloïs Brunner, Alain Mossé a le temps d’avertir l’extérieur et parvient à démanteler toutes les structures. Le 12 novembre dernier, c’est au pied de l’ancien local de l’OSE, rue Basse du Château dans le vieux Chambéry, que le 1er adjoint de la Ville, Jean-Pierre Ruffié a découvert la plaque commémorative en présence de Jean-François Guthmann, président de l’OSE et de Katy Hazan, responsable du service Archives de notre institution. Etaient présents également plusieurs anciens enfants dont le fils de Julius Abrahamer.

Lamentable épilogue : à la mi Décembre, les deux plaques ont été lourdement vandalisées.

1 photos

Alain Raoul Mosse,
Mis à jour : dimanche 16 juin 2013