2009 NEXON Cérémonie en souvenir de 1939


2009 Nexon cérémonie en souvenir de 1939 et les débuts de l’internement.

JPEG - 226.4 ko

Discours du Président de la délégation territoriale

"Bonjour. Certains me connaissent j’ai pendant de nombreuses années sévi au collège et je me suis intéressé à l’histoire du camp. Aujourd’hui c’est en tant que président de la délégation territoriale de l’Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation que j’interviens cette année. Madame Andrée Zdrolower qui avait l’habitude de dire quelques mots m’a demandé de la remplacer devant la gare en ce jour de mémoire, elle a confié à l’Afmd la poursuite du travail de son association pour la mémoire des déportés vers les camps d’Afrique du nord. Aussi je parlerai au nom de tous ceux qui passèrent par cette gare parfois seuls entre deux gendarmes parfois par dizaines venant d’un autre camp. En fin de compte ce furent des centaines d’êtres humais depuis des enfants jusqu’à des vieillards qui transitèrent dans un sens mais aussi dans l’autre beaucoup plus tragiques.

Ces adversaires de Pétain, ces démocrates républicains qui dès le début se levèrent furent les premiers internés et nous connaissons bien notre ami René Paquet qui en fit partie avec son père et qui témoignent toujours malgré son grand age et sa maladie. Il n’avait pas 20 ans alors. Il raconte souvent comment une poignée de militants communistes fut extraite du camp sous une Marseillaise vibrante des amis qui restaient, pour rejoindre à la gare de Pierre-Buffière celle venue de Saint-Paul et un peu plus tard le train s’arrêtera à Saint- Germain-les-Belles pour en prendre encore quelques uns. C’est pourquoi ce matin une délégation de l’AFMD est allé déposer une gerbe à la gare de Pierre-Buffière et devant la pierre de mémoire de Saint-Germain.

En 1942 le camp fut vidé des « politiques »( je préfèrerais dire résistants cela me semble plus approprié à cette date déjà ) en fait un transfert vers Saint-Paul et alors le camp vit arriver les juifs raflés ou arrêtés lors du franchissement de la ligne comme la famille Halaunbrenner avec ses 5 enfants. Enfin en août 42 ce fut la grande rafle de la région limousin de l’époque et le camp fut rempli d’environ 500 juifs dont après criblage 458 prirent le train ici un 29 août aux premières heures. Les noms sont sur le panneau à coté de la pierre’ de Mémoire. Sur cette liste on trouve le nom de notre regretté Henri Wolf qui nous donna encore son témoignage dans le beau film de Tessa Racine : « le Camp fantôme ».

Ensuite ce fut la tragique période du camp hôpital où la route du cimetière remplacera pour beaucoup celle de la gare. Ce sont donc comme je l’ai déjà dit des centaines d’êtres humains qui furent enfermés derrière les barbelés du camp et transitèrent par cette gare. Ils furent enfermés sans jugement en véritable déni de justice par des hommes de pouvoir aux ordres du chef de l’état de l’époque : Pétain.

Soyons vigilants parce que dans notre Europe la bête brune redresse la tête, ainsi en Grèce « l’AUBE DOREE » parti néonazi participe du gouvernement, en Ukraine le parti SVOBODA ouvertement fasciste est au gouvernement, en Lettonie on déboulonne les monuments à la gloire de l’Armée Rouge et l’on fait un triomphe aux vétérans ayant combattus au coté des nazis. En Hongrie même chose avec la chasse aux roms.

Mais il n’y a pas qu’à l’est que la bête se manifeste, elle est aussi dans notre Europe Occidentale et même chez nous. Voilà une bonne raison de rappeler, de nous rappeler les leçons de l’histoire. La défense de la Démocratie, de la liberté, des droits de l’homme est une bataille constante.

Je vous remercie."

Mis à jour : mardi 1er décembre 2015