11 avril 2018 - 73e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DU KL DE MITTELBAU-DORA


COMMÉMORATION DU 73e ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION DU KL DE MITTELBAU DORA et du CAMP ANNEXE de ELLRICH (Allemagne). L’AFMD73 était représentée par Christian DESSEAUX déporté, survivant de DORA, et Claude MORIN.

Le 11 AVRIL 1945, les troupes américaines libéraient les KL de DORA et ELLRICH. Les SS avaient évalué les lieux auparavant en transportant des milliers de déportés en convois d’évacuation vers d’autre KL, BERGEN-BELSEN par exemple, ou en entraînant des cohortes de déportés dans les "Marches de la Mort", aux issues souvent fatales.
Beaucoup ont été tués par les SS ou sont morts d’épuisement : 26 500 déportés sont morts, 15 000 dans les camps, et 11 500 durant les seules marches de la mort.
Pour cette 73e commémoration : 6 déportés seulement étaient présents âgés entre 88 et 98 ans, venus de Russie, Ukraine, Allemagne, France, et USA. Commémoration empreinte de fraternité, de gravité, et d’émotion comme chaque année.
Face au nombre restreint de survivants, notre mission de "relayeur de la mémoire de la Déportation" est plus que jamais essentiel afin que ne s’efface pas avec le temps les traces des parcours des femmes et des hommes qui ont lutté, souvent jusqu’au sacrifice de leur vie, pour que nous vivions en toute liberté, 3/4 de siècle après leurs terribles épreuves, dans une république laïque.
De nombreux échanges avec les chercheurs du Mémorial de DORA nous ont permis de constater le très important travail de recherches historiques qui est accompli ici. Tout cela pour que ne subsistent plus de zones d’ombre après des décennies d’ignorance et de reniement de la part de l’Allemagne de l’après-guerre.
Une prise en compte politique et sociale du passé nazi est en cours ; beaucoup de juristes en Allemagne de l’Ouest des années 50/70 exerçait déjà avant 1945, et leurs propres actions les auraient mis sur la sellette et faisait qu’ils n’étaient pas pressés aux faits et conséquences de la persécution nazi. Depuis, des procès ont eu lieu. La jurisprudence a évolué, décidant que le simple service dans une des usines de la mort SS , était suffisant pour que l’inculpation de complicité de meurtre soit retenue. Ce qui aurait été le cas pour des dizaines de milliers de SS de tous grades. Il est regrettable que cela arrive si tard, et que des milliers d’assassins, de bourreaux du système concentrationnaire nazi n’aient jamais eu de comptes à rendre à la justice des hommes.
Nous avons visité le tunnel où était implantée l’usine de construction des V2, avec les élèves d’une classe de 1ère du Lycée de SEESEN (Thuringe). Au cours d’échanges au mémorial ils ont exprimé leur besoin de savoir, de connaître et comprendre l’incroyable auprès de Christian DESSEAUX. Tout en intégrant que leurs Grands-Parents avaient laissé faire, voire approuvé. Ils nous ont montré une réelle prise de conscience, et pour beaucoup, la décision de soutenir les associations de jeunes qui travaillent au côté du mémorial. Ils nous ont dit leurs intentions de se battre contre la poussée d’extrême droite qui renait en Allemagne.

Claude MORIN

PDF - 496.2 ko
PDF - 470.4 ko
Mis à jour : mercredi 13 juin 2018