Poésie - Chanson

Amis, dessous la cendre

De Serge Utgé-Royo album "Les cités du soleil " (1989) Refrain : Amis, dessous la cendre Le feu va tout brûler La nuit pourrait descendre Dessus nos amitiés Voilà que d’autres bras tendus S’en vont strier nos aubes claires Voilà que de jeunes cerveaux Refont le lit de la charogne Nous allons compter les pendus Au couchant d’une autre après-guerre Et vous saluerez des drapeaux En priant debout sans vergogne au Refrain La nouvelle chasse est ouverte Cachons nos rires basanés Les mots s’effacent (...)

La Voix du Rêve

Quand revient le moment du rêve, Que peu à peu le Block entier s’endort, Dans le soir qui s’achève, Quand le vent de la nuit vient pleurer près des miradors, Parfois en notre âme un peu lasse, Monte soudain un trouble sans pareil, C’est comme un gai refrain qui passe, C’est comme un rayon de soleil. Refrain Écoutez c’est la voix du rêve, Qui revient chanter en nos cœurs, Déjà l’aube se lève, Présageant pour l’avenir des jours meilleurs, Miradors, barbelés, brimades, cela n’est plus que des souvenirs amers, (...)

Chant des partisans

« Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ? Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme. Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes. Montez de la mine, descendez des collines, camarades ! Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades. Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite ! Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite... C’est nous qui brisons les barreaux des prisons (...)

Soif

" Lorsque nous quitterons ce dantesque décor, Lorsque les horizons seront devenus bleus, Ma sœur, il nous faudra nous souvenir encore De nos rêves mort-nés dans le soir nébuleux. Mais retrouveras tu la maison familière Et ce goût de bonheur qui mûrissait en toi Ainsi qu’un fruit pulpeux tout gorgé de lumière Et n’aura-tu pas soif et n’auras-tu pas froid Comme dans les wagons plombés de la misère Lorsque nous haletions au rythme des convois Dans le petit matin putride et délétère Où nous (...)

Une fourmi de dix-huit mètres - Robert Desnos

Une fourmi de dix-huit mètres Une fourmi de dix-huit mètres Avec un chapeau sur la tête Ça n’existe pas ça n’existe pas. Une fourmi traînant un char Plein de pingouins et de canards Ça n’existe pas ça n’existe pas Une fourmi parlant français Parlant latin et javanais Ça n’existe pas ça n’existe pas Et pourquoi pas ! Robert Desnos Relisez ce poème en pensant à la période ou il a été écrit, et sachant que certaines locomotives avec leur tender intégré mesurent approximativement 18 m, que les (...)

trois générations

Trois Générations Le père mourut dans la boue de Champagne Le fils mourut dans la crasse d’Espagne Le petit s’obstinait à rester propre Les Allemands en firent du savon Paul Valet de son vrai nom Georges Schwartz est né à Moscou en 1905 d’une mère polonaise et d ’ un père ukrainien. En 1924, sa famille s’installe en France, il fait des études et devient médecin, puis médecin homéopathe, métier qu’il exercera à Vitry-sur-Seine jusqu’en 1970. Maquisard et résistant dès 1941, son père, sa mère et sa (...)

enfant juif

enfant juif I have no name Je suis un enfant juif Ne sait pas d’ou nous venons et où demain nous serons Je parle beaucoup de langues et les oublie ensuite ; pour ce que nous endurons, toutes les langues sont sans mots Hakel Hermann Hermann Hakel (12 Août 1911 - 24 Décembre 1987 ) était un Autrichien poète , narrateur , rédacteur en chef , éditeur et traducteur . son premier livre publié a été un recueil de poésie En Juin 1939 il est battu par les nazis laissé à moitié mort. Il réussi à (...)

Adieu au Crématoire !

http://afmd.asso.fr/Adieu-au-Cremat... Adieu au crématoire Je prends congé ! Je t’ai connu - assassin de milliers, qui maintenant se tait. Je prends congé ! Je me dépèche de partir d’ici et je vais proclamer partout, que ton batisseur cette "machine" non humaine vit encore sournoisement parmi nous La foire à l’Homme - Michel Reynaud Edition Tirésias tome 1 P 247 Gajsek Risto est slovéne . [1] Il vit à Celje lorsque son pays est occupé par l’armée allemande. Résistant, il est arrété (...)

Si les crimes d’il y a quarante ans, ...Maurice Pioro

Si les crimes d’il y a quarante ans ont été ceux de l’intolérance, il faut combattre l’intolérance. S’ils ont été ceux du mépris de la liberté, il faut combattre toute atteinte à la liberté. S’ils ont été ceux de la dictature, il faut combattre tous abus de l’autorité. Et s’ils ont été ceux de la violence, il faut combattre tout ce qui prend les formes de la violence. Il faut peu de choses pour réveiller les monstres, mais il faut des fleuves de larmes et de sang pour les vaincre Maurice Pioro (...)

A ma mère

A ma mère Ecoute Maman, je vais te raconter Ecoute, il faut que tu comprennes Lui et moi on n’a pas supporté les livres qu’on brûlait Les gens qu’on humiliait Et les bombes lancées Sur les enfants d’Espagne Alors on a rêvé De fraternité... Ecoute Maman, je vais te raconter, Ecoute, il faut que tu comprennes Lui et moi on n’a pas supporté Les prisons et les camps Ces gens qu’on torturait (...)

1 | 2