dossier : la rose "Résurrection"

Resurrection

’’’Résurrection’’’est un rosier créé par Michel KRILOFF pour le trentième anniversaire de la libération du camp de Ravensbrück à la demande de l’amicale Française du camp. En 1975, cette rose, multipliée, va être plantée dans des centaines de lieux, au pied de monuments, de Mémoriaux, dans des jardins du souvenir. Une déportée du camp de concentration de Ravensbrück trouve un moyen pour survivre.Comme toutes les déportées elle est astreinte au travail forcé, vétue de loques,elle a faim, elle a froid. Une (...)

Marcelle Dudach-Roset

Marcelle DUDACH est née le 03/04/1918 à St-Maur-des-Fossés. Son frére Georges Dudach épouse Charlotte Delbo le 17 mars 1936. Arrêté par la brigade spéciale le 2 mars 1942 il est fusillé au Mont-Valérien le 23 mai 1942. Marcelle DUDACH est déportée par le convoi parti de Compiègne le le31 janvier 1944 pour le camp de Ravensbrück où elle a le matricule 27120. Elle sera transféré au kommando de Holleischen, elle travaille pour l’usine de munitions Skoda. Elle est l’auteur de deux textes sur la rose de (...)

Michel Kriloff

Mikhail Krylov est né dans la ville russe de Pskov le 6 Novembre 1916. Pendant la guerre civile, la famille déménage à Krylova en Estonie. En 1932, La famille émigre en France. Michel Kriloff a seize ans. Il entre à l’école d’horticulture de Lyon Ses professeurs lui inculque l’« amour du beau travail » et lui transmet leurs savoirs. En 1918 il entre aux établissements Meilland à Tassin-la-Demi-Lune, et s’initie à l’hybridation. L’entreprise Meilland s’installle au Cap-d’Antibes. L’apprenti (...)

rêve d’un bouquet de roses,

Une déportée du camp de concentration de Ravensbrück trouve un moyen pour survivre.Comme toutes les déportées elle est astreinte au travail forcé, vétue de loques,elle a faim, elle a froid. Une nuit, couchée sur une paillasse infestée de vermine elle rêve à un bouquet de roses. BOUQUET DE ROSES Cette nuit, j’ai rêvé d’un bouquet de roses, Et ces roses ont mis en mon âme engourdie Une fraicheur nouvelle Cette pure vision m’a doucement ravie Et me poursuit encore, comme une belle chose Que j’aurais (...)