Documents - Ressources


Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse, 23 août 1942

lettre du 23 août 1942 de Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse : Mes très chers Frères, Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits, tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu. On peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer. Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient (...)

28 janvier 1946 Marie Claude Vaillant Couturir témoigne à Nuremberg

La décision de créer un tribunal militaire international fut prise durant l’été 1945 par les puissances alliées, c’est-à-dire les Etats-Unis, l’Union Sovétique et la Grande-Bretagne. Plusieurs représentants de chaque pays se sont réunis à Londres afin de décider quels criminels seront jugés et pour quels crimes. Pour les Américains les « crimes contre la paix » qui sont « la direction, la préparation, le déclenchement ou la poursuite d’une guerre d’agression ou d’une guerre de violation de traités, assurances (...)

La dame d’Izieu, Sabine Zlatin

La dame d'Izieu, Sabine Zlatin Sabine Chwast est née le 13 janvier 1907, à Varsovie (Pologne). Elle a onze frères et sœurs. Son père est architecte. au milieu des années 1920,elle quitte son pays natal Elle arrive en France, à Nancy, vers 1925, et commence des études en histoire de l’art. Elle fait la connaissance d’un jeune étudiant Russe , Miron Zlatin. Né à Orcha en 1904, Il est issu d’une famille aisée. Il prépare, à l’université de Nancy, un diplôme d’études supérieures agronomiques. Le 8 octobre 1928, ils se marient à Varsovie. (...)

Les Françaises à Auschwitz-Birkenau

Lire l’article Les conditions de vie au camp d’Auschwitz-Birkenausont très différentes de celles de Ravensbrück. D’abord, il s’agit d’un camp d’extermination de juifs et de tsiganes. La « sélection » se fait dès l’arrivée. D’un côté, ceux et celles que les SS font monter dans les cars pour être conduits directement aux chambres à gaz. De l’autre les jeunes en bonne santé, les médecins, dentistes, les personnes parlant l’allemand ou ayant une profession utile au fonctionnement du camp, sont sélectionnés comme (...)

Les Françaises à Ravensbrück

Lire l’article D’après l’étude de Jacqueline Fleury et Marie-Suzanne Binetruy, les Françaises représentaient 8% de la population du camp. Arrivaient en tête les Polonaises, avec 36%, les Soviétiques, 21%, les Allemandes et les Autrichiennes, 18%, les Hongroises, 7,5%, et les autres pays, Tchèques, Belges, Luxembourgeoises, Espagnoles arrêtées en France, Anglaises et même des Américaines. La forte proportion de Polonaises, Soviétiques et Allemandes s’explique par le fait que le camp a été construit à (...)

Le retour des déportés

L’Institut national de l’audiovisuel conserve des archives de presse filmée, de télévision et de radio qui constituent des sources indispensables à la compréhension du monde contemporain. La Seconde Guerre mondiale, les relations internationales, la vie politique française, les mutations économiques et sociales, les politiques et pratiques culturelles, l’histoire des sciences et techniques : l’Ina a sélectionné pour vous des documents à caractère patrimonial, permettant de retracer en images et en sons (...)

La libération du territoire, la naissance de la radio diffusion de la nation française

En 1922,en France l’administration des PTT ( Poste, télégraphe et téléphone ) ,exploitait la technique de la Télégraphie Sans Fil (TSF). C’est donc au sein de cette institution que la radiodiffusion vit le jur. Dès 1926, l’administration des PTT crée un Service de Radiodiffusion qui devait s’assurer de l’installation et de l’exploitation technique du réseau d’Etat. L’état soumet à un régime d’autorisation d’exploitation les postes privés. En 1939, la Radiodiffusion deviens une administration publique (...)

Le serment de Buchenwald

’’’Le 19 avril 1945, les déportés rescapés de Buchenwald se réunissent sur la place d’appel du camp pour préter serment à tous les camarades morts en déportation. Ce serment, fait sur les lieux mêmes de leur souffrance, lient les survivants des camps : témoigner, au nom des morts, pour veiller sur l’avenir de l’homme et sur sa dignité.’’’ « ’’Nous, les détenus de Buchenwald, nous sommes venus aujourd’hui pour honorer les 51.000 prisonniers assassinés à Buchenwald et dans les kommandos extérieurs par les brutes (...)

8 août 1944, condamné à disparaître....

Le 8 août 1944 au départ de la gare de l’Est, un wagon de voyageurs ordinaire emmène vers l’horreur quarante résistants sortis des lieux de détention parisiens de la Gestapo. Ils sont menottés à leurs banquettes. Parmi eux Stéphane Hessel. Les Allemands considèrent ces 37 hommes et ces 3 femmes comme de dangereux « terroristes ». Leur déportation se déroule dans des conditions particulières de secret. Ainsi Stéphane Hessel n’est pas déporté avec Jacques Brun et Jean-Pierre Couture membre de son (...)

decret loi avril 1940

RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Paris, le 9 avril 1940. Monsieur le Président, La persistance des menées communistes, leur dessein évident de miner par tous les moyens le moral de la nation en guerre, témoignent que ceux qui les inspirent se sont faits les artisans d’une véritable entreprise de trahison. Les articles 75 (5°) et 77 (alinéa 1er) du code pénal, modifiés par le décret du 29 Juillet 1939, punissent déjà, à ce titre, de la peine capitale, tout (...)

1 | 2